SCMS Randonnée Montagne

Tour de la Brenta - Dolomites Occidentales Août 2005

Lundi 8 août 2005

Cette fois je suis à l'heure mais pour changer c'est Gilles qui pour le coup n'y est pas. Il est 6h00 et je pense que les autres au rendez-vous vont commencer à s'impatienter. Finalement il arrive et après avoir réglé 2/3 détails nous partons vers 6h15 de Sophia. Il fait beau même si nous essuyons une averse orageuse au niveau de la Turbie. Nous sommes rapidement sur l'A10 l'autoroute « dei fiori » (i.e. des fleurs) vers Gênes. Un peu avant cette dernière nous remontons vers Alessandria puis Pacienza, Brescia, Verona ou nous remontons vers le col du Brenner (frontière avec l'Autriche). Nous nous arrêtons pour faire le plein un peu avant Trento et décidons de déjeuner une fois sortis de l'autoroute. D'ailleurs nous sortons peu de temps après et nous remontons la vallée de « Non » depuis la sortie San Michele. Nous prenons la route de Tuenno car je dois vérifier avec l'auberge qu'ils nous attendent bien le dimanche 14. La culture de la vigne laisse rapidement place à des champs de pommiers équipés d'impressionnants systémes d'arrosage. Tous les versants cultivables sont recouverts de cet arbre fruitier et les coopératives semblent porter le nom d'un géant bien connu de l'agroalimentaire. C'est pas ici qu'on trouvera des pommes bio...

Nous nous arrêtons au bord de la route pour déjeuner et Patrice en profite pour récupérer un auto-collant d'un genre un peu douteux qui finira par atterrir sur son casque. Au moins on saura que c'est le sien.

A Tuenno tout est bon, les chambres nous attendent dimanche soir. Nous rattrapons à Cles la route principale qui nous mène à Dimaro puis par une route en lacets à Madonna di Campiglio. Le parking sous les remontées mécaniques est payant et très cher pour une semaine complète. Ne voyant pas Jérome nous décidons d'aller dans le centre du village pour louer une longe pour Pascal. Village qui est séparé en deux et dans le centre duquel les voitures ne circulent pas. Il faut emprunter un tunnel pour aller du nord au sud et vis et versa.

Pascal trouve son bonheur à 25 Euros la semaine et nous repartons vers les remontées mécaniques où nous attendent Laurence et Jérôme. Nous (Gilles et moi) nous garons finalement au bord de la route en espérant la tolérance de la municipalité... En tous cas nous ne gênons personne.

Nous prenons finalement le télécabine jusqu'au plus haut. Le temps d'admirer le paysage au dessus de l'arrivée et nous redescendons en 10 mn au refuge Graffer. Juste le temps pour s'apercevoir qu'il fait beau mais relativement froid pour un mois d'Août (pas plus de 15° à la station à 1600.

Le refuge Graffer (SAT – CAI) est très beau et ressemble beaucoup plus à un hotel d'altitude qu'à un refuge. Nous préparons les sacs poubelle qui doivent rester jusqu'à vendredi. Je croise les doigts pour qu'ils soient encore la à notre retour. D'après le gardien, la où nous les déposons il n'y aura pas de soucis. Je suis très impressionné par le poids de ces trois sacs. Je pense que certains vont être très chargés pour les deux dernières étapes.